BPJEPS – Janvier 2020

Formation, entrainement, projets … Retour sur ce mois de Janvier 2020, entre moral au top et physique au flop ! 

⚖ Fatigue physique mais moral au top

😴 #Passionmétrododo

On nous avait prévenu que janvier serait difficile physiquement car on a déjà 5 mois dans les pattes, et avec l’hiver, le rythme qui s’accélère en formation, la fatigue est d’autant plus présente. Mais ajoutez à cela les grèves qui se sont étalées jusqu’au 20 janvier environ, et vous aurez un cocktail plus efficace que le meilleur des somnifères, de nuit comme de jour ! 😵

Réveil chaque matin à 5h pour partir à 5H30 direction l’est parisien en voiture (60kms rien que ça). 2h minimum de conduite chaque jour, où la concentration et le niveau de vigilance sont au maximum : ça m’a clairement é-pui-sée. Travaillant le dimanche et enchaînant sur une journée complète formation/club jusqu’à 21h le lendemain, j’errais tel un zombie dans le club chaque lundi du mois. Je réussissais à retrouver une forme acceptable à partir du mercredi, grâce à mon mardi après-midi plus cool (retour chez moi vers 15h, et couchée très tôt pour récupérer).

Comme dans tout négatif il y a du positif, je note que cette expérience m’a permis 1) de pouvoir travailler pas moins de 2h chaque matin dans un café en attendant le début de mes cours 2) D’apprécier de retrouver les transports fin janvier ! Que c’est bon d’être passif, de pouvoir sortir un bouquin ou bien dormir, simplement. J’en viendrais presque à apprécier d’être collée-serrée contre ces parisiens dans ces métros bondés en heure de pointe. Bon, là j’exagère j’avoue. 😉 

🤕 Petites alertes physiques et baisse de ma pratique sportive

C’est forcément lié. Mon corps étant plus fatigué je l’ai écouté, et ma pratique personnelle s’est espacée.

J’ai privilégié l’entrainement en haltéro pour mes tests physiques prévus début avril, où nous aurons des charges à passer (55% du poids du corps pour le mouvement de l’arraché soit 30kg et 65% pour l’épaulé-jeté soit 35kg pour moi).

Mi-janvier mon corps m’a envoyé plusieurs petites alertes : une douleur à l’épaule après une séance d’haltéro, 2 jours plus tard une raideur au mollet m’a empêchée de fléchir totalement le genou pendant quelques jours, et une fois que ces deux douleurs avaient disparu une nouvelle apparaissait au niveau de mon pied avec une sorte d’inflammation sur l’os scaphoïde (ça m’a au moins permis de réviser mon anatomie cette affaire). Rien de bien méchant heureusement, un tour chez l’ostéo pour remettre tout ça en place et j’étais comme neuve. Cependant j’ai pris ces alertes au sérieux : pas question de forcer et de risquer de se blesser à quelques mois des épreuves physiques. Les runs se sont donc faits très rares, mais je l’ai accepté en sachant que c’était temporaire. 

Point positif : j’ai développé ma pratique du yoga à la maison, 20 à 30 minutes le soir après avoir travaillé pour couper. Une pratique douce et bienveillante pour mettre mon corps en mouvement en respectant ses limites actuelles, c’était parfait. La speed que je suis apprécie de plus en plus cette pratique, qui s’apparente à de la méditation en mouvement. Je me cale sur ma respiration et je ralentis. Le fait de donner des cours de stretching en club me plait d’ailleurs beaucoup. Il se pourrait bien que les techniques douces m’appellent … personnellement, et professionnellement qui sait ? 🙂

🧠 Heureusement, l‘esprit tient le coup !

Comme ce fut le cas en 2019, le fait d’arriver dans l’année où l’objectif va être atteint (quitter mon job l’an passé, et obtenir mon diplôme cette année) m’apporte de la légèreté et un bon moral malgré la fatigue physique.

Contrairement au mois de novembre (cf. mon article Non novembre tu ne m’auras pas !), je réalise que j’ai fait la moitié de la traversée de ma rivière. En ce moment la métaphore qui me vient à l’esprit est d’ailleurs plutôt l’ascension d’une montagne. Après avoir préparé cette ascension pendant un certain temps, avoir gravi cette montagne, je suis arrivée au sommet et maintenant on entame la descente : le rythme va s’accélérer, et il va falloir rester vigilant, en alerte, mais l’arrivée est vraiment de plus en plus proche et je trouve ça très excitant ! Par ailleurs les jours rallongent, j’ai bien avancé sur mes projets, vu plein de mes proches et mon agenda se remplit d’eux pour les prochaines semaines, ce qui me met en joie.

L’image de la montagne est vraiment parlante. Je n’ai plus la sensation de l’ascension où l’on peine à avancer, où l’on manque d’air, mais plutôt celle de la descente où ça s’accélère. 

Concrètement, ça avance ?

📚 Obtention du diplôme : M – 5 !

Quand je vous dis que dans la descente ça s’accélère … ! Ça y est, on nous parle sérieusement des épreuves de certification. De façon … concrètement concrète 😄.

Petit coup de pression, et paradoxalement excitation : j’ai hâte d’y être, je veux avancer et pointer aux différents checkpoints ! Je me sens globalement dans les temps, hormis niveau pratique en raison de la fatigue intense, et en anatomie où j’ai clairement fait un blocage sur les membres supérieurs (épaule et bras). Contrairement aux membres inférieurs qui m’ont semblé plus simples à digérer (mes précédentes blessures au genou m’ayant forcément aidée #danstoutnégatifilyadupositif), l’épaule m’a clairement paru indigeste au premier abord. J’ai donc changé ma méthode d’apprentissage, j’ai un peu de retard mais je suis confiante sur le fait d’ingurgiter tout ça dans les temps. 

Enfin, j’ai réalisé mon projet d’animation au sein de mon club, nécessaire pour la validation de l’une de mes « UC » (nous en avons 4 au total) le 19 janvier dernier. 10 participants présents et un beau soleil pour nous accompagner lors d’une sortie running en extérieur alliant travail de vitesse et exercices de renforcement musculaire => un bonheur. Lors de cette matinée j’ai eu un flash, me faisant réaliser que j’étais en train de « travailler », sans que cela ne soit une contrainte, bien au contraire. J’ai pris beaucoup de plaisir à encadrer ce groupe, et ça m’a confirmé mon souhait de faire du coaching individuel et en petit groupe par la suite, d’organiser des événements sportifs dont je suis à l’initiative … bref, ce pourquoi je me suis lancée dans cette formation en fait. 🙂

👩‍💻 Dans mes projets : Productivité maintenue voir augmentée 💪

En faisant le bilan de l’ensemble de mes activités sur le mois je réalise à quel point j’ai été productive malgré ma fatigue. 

  • ✅ J’ai publié un article par semaine sur le blog, chaque mardi, et je compte bien tenir ce rythme.
  • ✅ J’ai sorti un épisode par podcast : L’interview d’Emilie sur 50 Nuances de sport, et celle de Sandrine qui s’est reconvertie après 50 ans sur Chroniques d’un changement de vie – Le podcast.
  • ✅ J’ai enregistré pas moins de 5 interviews pour Chroniques d’un changement de vie – Le podcast, me permettant d’avoir assez de contenu pour produire un épisode par mois jusqu’à cet été et donc la fin de ma formation.
  • ✅ J’ai lancé mes deux pages de financement participatif Tipeee relatives à mes deux podcasts (j’en parle davantage ici). 

🔝Le fait de m’être posée pendant la période de Noël et d’avoir travaillé sur mes objectifs, de les avoir priorisés, de leur avoir attribué un pourcentage de temps, mais également d’avoir réfléchi à la manière d’être plus efficace dans chacune de ces tâches notamment pour les podcasts et le blog comme je l’expliquais dans mon article objectifs 2020, m’a clairement aidé. Je savais où j’allais, et n’ai donc pas perdu de temps à planifier. C’était beaucoup plus clair dans ma tête, je déroulais simplement mon plan. Comme quoi, le temps passé à se poser et à organiser n’est pas du temps perdu, mais bien du temps que l’on gagne à l’issue. 

🔝Je pense que j’ai également réussi cela grâce au respect de ma chronobiologie : Je sais aujourd’hui que je suis plus efficace le matin, et que j’ai vraiment besoin d’avoir des « SAS de décompression » pour déconnecter et me ressourcer. J’ai profité d’arriver tôt sur Paris pour avancer en travaillant dans un café. Je coupe toute activité pro à 19h maximum lorsque je travaille à la maison (les mardi, mercredi et jeudi après-midi), pour avoir de l’espace sans rien, du temps où mon cerveau ralentit. Ça calme nettement l’activité cérébrale et facilite chez moi l’endormissement. J’en parlais déjà dans mon article courir pour ralentir, mais ces moments sont indispensables pour me recharger. Tous comme mes weekends. En janvier je travaillais le dimanche, et j’avais du monde à la maison du vendredi soir au lundi matin à chaque fois, m’obligeant à vraiment couper. Je sais aujourd’hui à quel point le temps « off » sert le temps « on », alors j’en ai vraiment profité.

📋 Mes objectifs pour février 

  • ✔ Clarifier mes objectifs du mois et mettre en place ce même rétroplanning qui m’a permis d’avancer en janvier. 
  • 🏃‍♀ Ma condition physique ayant clairement diminué notamment niveau cardio comme l’atteste l’augmentation de ma fréquence cardiaque au repos, je vais faire en sorte de retrouver une activité physique un peu plus structurée.
  • 🧘‍♀Profiter de mes quelques jours de vacances (ouiii) pour me reposer et revenir encore plus motivée pour entamer le rush jusqu’à la ligne d’arrivée. 

Y a plus qu’à !

📆 Je vous donne rendez-vous :

  • Chaque mardi pour un nouvel article de blog 
  • Jeudi 13 février et mardi 25 février pour deux nouveaux épisodes de Chroniques d’un changement de vie – Le podcast : Le premier où l’on parlera reconversion, et le second où Fréjus, mon invité n°1 répondra à l’ensemble de vos questions sur l’organisation d’un long voyage à l’étranger !

A bientôt !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :